Observer afin de déchiffrer ce que nous apprend la flore spontanée.

Depuis l’école agricole, jusque dans le travail au quotidien, on explique l’importance du matériel (tracteurs et charrues), pour aérer, fissurer les tassements artificiels, amender et nettoyer de l’enherbement. Seulement tout ce matériel, le carburant ainsi que la main-d’œuvre sont onéreux.

Toutefois, si individuellement nous décidons de remettre en question nos pratiques, on constate que la nature nous offre tout, gracieusement. À nous de respecter ce qu’elle nous raconte.

Système racinaire traçant de surface du ray-gras.
Système racinaire pivotant de la mauve.

Ci-dessous, voici un exemple du travail nécessaire à accomplir sur nos parcelles pour mieux les comprendre, avec un coût limiter au temps passé. Liste de la flore bio-indicatrice visible et clairement identifiable, avec quelques informations les caractérisant individuellement :

  • Borrago Officinalis (Bourrache). Elle indique l’engorgement des sols en eau, en MO et en nitrates.
  • Calendula Arvensis (Souci des champs). Sols riches en matière organique et bases. Sols filtrants, CAH défaillant.
  • Cichorum Intybus (Chicorée sauvage). C’est le réservoir génétique des chicorées cultivées. Elle indique un excès d’azote, richesse en bases et blocage du phosphore et de la potasse lorsque le pH est élevé. Tassement du sol par piétinement provocant des anaérobioses.
  • Conyza Canadinsie (Érigéron du Canada). Sols riches en azote et héliophiles. Enracinement puissant potentiellement concurrentiel avec la vigne.
  • Diplotaxis Tenuifolia (Fausse roquette). Elle se développe sur les sols riches en carbonate de calcium. Elle a une action favorable par son enracinement pivotant et son métabolisme qui permet de restituer les minéraux aux cultures.
  • Dittrichia Viscosa (Inule Visqueuse). Cette plante vivace se développe dans les sol asphyxiés en profondeur. Une semelle de labour profond et l’enfouissement de la matière organique principalement.
  • Erodium Cicutarium (Bec de Grue). Il indique le compactage des limons. La désaturation du CAH, une baisse de l’activité biologique et par conséquent la fertilité des sols.
  • Famille des Lolium. Parfais pour les sol limoneux compact avec un pH élevé. Il créait un pseudo CAH grâce à son tissu racinaire. C’est une plante nitratophile qui vie dans les sol battant, riche en azote.
  • Malva Sylvestris (grande mauve). Sur sols riches en bases, magnésium, phosphore, potasse et engorgés en matière organique, en azote et potassium pouvant provoquer des anaérobioses. Blocage accru par les pH élevés puis le compactage.
  • Raphanus Raphanistrum (Ravenelle). Elle indique le compactage des sols riches en bases et provocants des anaérobioses. Blocage du phosphore, de la potasse, les excès de calcaires et les forts contrastes hydriques.
  • Trifolium Repenus (Trèfle blanc). Il fixe l’azote sur sa rhizosphère. C’est un excellent engrais vert qui couvre bien le sol. Il favorise le développement de la microflore aérobie.
  • Allium ampeloprasum (poireau des vignes). Riche en soufre et potassium. Indique le blocage du potassium lié à une faible vie microbienne aérobie ou le lessivage de la potasse par manque de couverture.
  • Cynodon Dactylon (Chiendent). Sur sol compacté, aggravant l’assèchement. Défavorable aux cultures, il les concurrence par l’eau et à un effet allopathique important.  
  • Géranium molle (Géranium mou). Sols secs riches en minéraux. Favorable, son faible développement nuit peu aux cultures, au contraire. Il participe à la couverture du sol.
  • Plantago lanceolata (Plantain lancéolé). Indique des sols compactés et humides, riches en substances nutritives. Il peut devenir défavorable s’il n’est pas détruit. Mais à un effet positif sur les sols. Il rend disponibles les éléments minéraux et apporte une bonne aération des sols.
  • Rumex crispus (Patience crépue). Sols riches en éléments azotés et humus de type mull (formé en aérobiose. Indique la présence d’une importante pédofaune riche en lombrics et macroarthropodes). Il pousse sur des sols hydromorphes.

Interprétation de l’analyse du sol grâce à la flore bio-indicatrice.

Ce terroir Limono-argilo-calcaire est riche en base et calcium par définition. Les années de pratiques culturales traditionnelles avec le tracteur signalent un sol qui manque cruellement d’aération. La disponibilité de l’eau est bonne et la matière organique carbonée et légèrement déficitaire.

La tendance au lessivage est forte par un manque d’échange cationique dû à un CAH bloqué par le calcium présent. L’activité biologique reste encore trop faible, même si plusieurs plantes indiquent une belle amélioration de celle-ci.

Après comparaison par rapport aux années précédentes, ce sol gagne en rétention d’eau et vie microbienne qui était déficiente. La matière organique s’équilibre ainsi que la minéralité.

Le projet est d’obtenir une couche de 5 centimètres au minimum de biomasse et surtout ne plus toucher le sol.

Profitons-en pour analyser un peu plus ces observations. Les photos nous montrent parfaitement la profondeur de l’enracinement de chaque plante. Il est très simple de considérer que les racines fortement développées des plantes effectueront un travail bien plus efficace que n’importe quelle charrue vigneronne.

La couverture végétale du sol est indispensable puisqu’il le protège de l’érosion et des UV. De cette manière l’humus pourra se former au fur et à mesure des dépôts organiques en surface. Toute cette couche est essentielle à la préservation de l’humidité des sols et les activités aérobies de la faune épigée.  

Pour conclure, des sols vivants, couverts de biomasse comme dans les espaces sauvages, seront toujours plus fertiles qu’un sol retourné. Pas besoin de vous dire que l’on éviterait ainsi les grands dégâts dus aux inondations. La biodiversité des sols, des insectes et les concurrences y seraient sains.

Toutes les plantes qui composent nos terres sont utiles, même celles qui sont considérées comme les plus invasives ou concurrentiels. Il faut juste élargir ses œillères et prendre conscience de leurs intérêts.

Post your comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *